Skip to content

«The reflections of Françoise Sagan are terribly present»

In a hypnotising present, the comedienne redonne vie à l’auteure de Bonjour Unhappiness.

Les lumières s’éteignent. Une femme seule sur scène, blonde, le corps de ella recroquevillé, fume. L’étincelle de sa cigarette de ella déchire l’espace noir. «J’ai porté ma légende comme une voilette. Ce masque délicieux, un peu primaire, correspondait chez moi à des goûts évidents: la vitesse, la mer, minuit, tout ce qui est éclatant, tout ce qui est noir, tout ce qui perd, et donc permet de se trouver. » C’est Françoise Sagan resuscitée. Ou plutôt Caroline Loeb qui, en thaumaturge, redonne vie à l’auteure de Bonjour Unhappinessdance Francoise by Sagan, a fascinating piece, mise en scène by Alex Lutz, with the collaboration of Sophie Barjac. L’auteure, comedienne, metteuse en scène et chanteuse se confie sur sa «rencontre fusionnelle» avec l’écrivaine.

I WILL FIGURE YOU. – You might have beforehand created a present on George Sand. Pourquoi avoir choisi cette fois-ci Françoise Sagan?

Caroline LOEB. – I’ll say plutôt that c’est Sagan qui m’a choisie! En fait je suis arrivée à Sagan grâce à George Sand et à Alex Lutz. Within the spectacle sur Sand, déjà mis en scène par lui, à un momento donné je disais que c’était la Madonna, la Sagan de l’époque puisqu’elle était une star au coeur des débats et des polemics de son temps de ella . C’est chez Lutz que j’ai découvert Je ne renie rien, un recueil d’interviews publié chez Inventory, et lorsqu’on me l’a offert quelques mois plus tard, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ces mots from Sagan. J’ai tout de suite su que je pourrai en faire un monologue. Ce qui m’a d’abord frappée c’est le gouffre entre ce que je savais d’elle, sa réputation de ella de night-clubbeuse, de joueuse, une picture un peu frivole et mondaine, et la profondeur de sa pensée de she. Sa légèreté de ella n’est qu’apparente. Elle est le signe de sa grande pudeur de ella. Je ne la trouve pas désabusée mais lucid et parfois féroce. She spoke extraordinarily effectively of her notoriety: «J’ai mis le masque de mal légende, et elle a cessé de me déranger. » Évidemment, ça a résonné fort chez moi. La notoriété crée souvent (toujours?) un fossé entre la personne qu’on est vraiment et l’picture que les gens se font de nous. I suis confrontée à ce hiatus depuis assez longempos avec ce tube qui ne cesse de me poursuivre et qui a tendencia à prendre toute la place dans le regard des autres. D’une certaine manière, comme pour Bonjour unhappiness, c’est un succès auquel on essaye de survivre, artistically. Et puis j’ai été bouleversée par sa lucidité, son humor tellement subtil, l’air de ne pas y toucher. I suis identifiée three fort à ses mots de ella, meme si je suis assez differente de Sagan.

Lorsque les luminaires s’éteignent, l’atmosphère devient ténébreuse et vous apparaissez presque en clair-obscur. Une manière de nous faire entrer dans la tête de Sagan?

Oui, le spectacle aurait pu s’appeler « Inside Françoise Sagan », c’est un voyage intérieur. Avec Alex Luz, et Anne Coudret qui a créé les lumières, on a voulu cette intimité, que ça ne soit pas moi qu’on voit, mais elle, et souvent le public dit me qu’il a pasé une heure avec Sagan. Bien sûr, il énormément de choses qui me lient à elle. D’abord son de ella amour de ella unconditionnel et absolu de ella pour la littérature. Like her, j’ai le sentiment de m’être construite avec mes livres. Évidemment nous partageons l’amour de la nuit et ses nuits blanches de ella, la ardour pour les gens qui ont de l’esprit. Elle passait son temps avec Jacques Chazot et Bernard Franck, réputés pour leur intelligence et leur humor. Like her, j’ai toujours aimé les gens d’esprit, je pourrai tuer pere et mère pour un bon mot, et j’ai été à bonne école au Membership 7 d’abord, puis au Palace.

Êtes-vous devenue Sagan ?

Je dirai plutôt qu’elle s’installe chez moi le temps du spectacle. Ce qui est assez fou c’est cette sensation que c’est à la fois cent pour cent elle, et cent pour cent moi. Une vraie rencontre fusionnelle. Et c’est aussi le paradoxe du comedien, this sensation d’être complètement à nue en incarnant quelqu’un d’autre que moi.

The spectacle is predicated on the entertainments that donnés are within the climate. Qu’est-ce que ses réponses de ella disent d’elle, de l’époque? What does she think-elle de notre monde?

Ce qui m’a frappée c’est à quel level beaucoup de ses réflexions sont extraordinairement actualles. Ce qu’elle dit sur la sexualité: «On parle trop de sexualité aujourd’hui. La sexualité, l’érotisme ça ne s’exhibe pas ». Sur les injonctions au bonheur: «Tous ces slogans stupides dans les journaux: «soyez heureux»… Enfin, c’est abominable! On leur explique remark il est honteux et stupide d’être malheureux parce que tout est fait pour être heureux. Alors, when they aren’t pas, they’re sitting down. Avant, on était malheureux. Maintenant, si vous ne vous promenez pas en disant: “All goes effectively, all goes effectively”, on dit: “Pauvre crétin, va voir un psychiatre ou prends telle pilule!” He c’est quand meme fool. » Sur le temps: « La société vole le temps des gens ». Chaque fois que je dis cette phrase sur scène je pense au temps fou que l’on passe sur les réseaux sociaux! All these questions, et bien d’autres sont terribly d’actualité. I assumed qu’elle aurait haï cette obscenité de l’info en continu, du buzz, como une drug dure. Qu’elle aurait detested Twitter, Fb and Instagram. Within the years 60, 70 and 80 l’info était tout de même mois vulgaire et l’on pouvait benefit préserver sa vie privée de ella. I assumed that the grande vulgarité de nore époque lui aurait été intolerable.

Dans votre spectacle, vous arborez una perruque blonde, una chemise et easy pantalon pour tout costume. Remark travaille-t-on pour devenir Sagan ? Avez-vous eu peur la trahir par moments?

Le travail a tout de suite eu un caractère d’proof. Alex Lutz at eu la imaginative and prescient du spectacle, la perruque blonde, la silhouette pantalon… Ça n’a pas été difficile. La seule query c’était « Est-ce que le publica va y croire? » Et la réponse a tout de suite été oui. Et puis Alex Lutz m’a donné quelques indications: placer ma voix dans les aigus, recroqueviller un peu mon corps et incarner sa nervosité, son angoisse de él. Ça la faisait tout de suite exist. Et je n’ai pas beaucoup de mal à être angoissée! (laughs) I haven’t got the garments as a result of I’ve a twin form together with her. Mais c’est vrai que le pari était risqué. C’est très uncommon de trouver un personnage, un texte qui permet de dire des choses aussi intimes et essentielles de soi. Et puis m’apercevoir que cette pensée touchait autant le public et revêtait un caractère universel, c’était le plus beau des cadeaux. J’ai travaillé à ressentir chaque phrase que j’avais choisie, par l’intime. Me connecter à remark ces phrases résonnaient en moi. Je l’ai trouvée par l’intérieur, pas par l’extérieur. C’est en essayant d’être le most honest que je crois que je suis arrivée à une forme de communion avec ella. Sagan avait le sens de la pirouette et des bons mots mais aussi une sincerité disarmante. C’est cette faculté à assumer tous ses paradoxes de ella et toutes ses contradictions de ella qui la rendent aussi tellement touchante et attachante. Mais je n’ai started à lire ses romans de ella que bien après le début des présentations. Pour moi, tout Sagan était dans les interviews.

Qui était-elle lastly?

Je dirais une philosophe. C’est ce qui m’a le plus bouleversée. Like an outdated sage in a corps de jeune fille. Et en meme temps completely singulière, ce qui est fascinating. As I recall that the artists who current essentially the most are revealed within the particular mild, they’re completely honest, they’ve reached the universe.

Que reste-t-il de Françoise Sagan aujourd’hui ?

Son œuvre bien sûr, mais aussi sa vie de femme libre. J’ai toujours été passionnée par les femmes qui s’inventaient une place distinctive dans le mundo: Joséphine Baker, Marlene Dietrich, Dorothy Parker, Arletty, Mae West… As elles, Sagan incarne la liberté. Et ça, ça fait toujours un bien fou.

Caroline Loeb dans Francoise by SaganTous les samedis et dimanche à 18h à La Divine Comédie.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *