Skip to content

« Pendant neuf jours, j’ai navigé en bateau-école pour expérimenter un projet low tech »

I posted on 23 Nov. 2022 at 7:00

« Bretonne d’origine et sensibilisée aux enjeux du réchauffement climatique depuis longtemps, j’ai choisi de rejoindre Sciences Po Rennes pour la diversité des cours proposés. Je m’y suis spécialisée en allant sur le campus des transitions de Caen, une entité decentralisée de l’école, où je pouvais allier formations environnementales et urbanistiques.

En ce début d’année, a projet hors du commun nous a été proposed: a voyage to Denmark for réaliser des projets à influence, avec la possibilité pour une partie de la promoción, d’y aller en voilier. J’ai alors immédiatement pensé au challenge developed by Corentin de Chatelperron, ‘le nomade des mers’ [le nom de la série qui le suit depuis 2015 sur Arte, NDLR]. Il a fait le tour du monde à bord d’un voilier, dans l’optique de recenser les present low techs.

Les low techs sont des strategies ou des systemes qui répondent à un besoin, sont accessible (en coût et en technicité), réparables et durables. L’objectif est de pouvoir réaliser et raccommoder soi-même des instruments ou utiliser des strategies simples mais efficaces au quotidien.

Argile, scie à métaux et boîtes de preserve

J’avais envie d’expérimenter et de developper un projet concret. J’ai alors I explored many potentialities. D’abord, l’idée d’un 4 solaire mais l’uncertitude de la météo, d’autant plus à cette période de l’année au nord de l’Europe, m’a menée à reconsiderer ce qui serait utilisable. Je suis donc intéressée au ‘rocket range’ (littéralement ‘poêle fusée’ in français). Ce lobby à bois permet de chef et de chauffer de l’eau.

L’intérêt est de pouvoir le fabriquer uniquement avec des matériaux de récupération. Je récupère plusieurs boîtes de conserva emboîtées, un isolant, des rivets [éléments d’assemblage, NDLR] pour faire tenir la casserole… Et je me lance dans la construcción du ‘rocket range’ avec l’aide de mon père, le week-end avant le départ. After nombreux exams sur les découpes sans scie adaptée au métal, nous parvenons à emboîter les conserves. Il ne restait alors plus qu’à isoler.

Différentes possibilités d’isolation existent : un ciment artisanal, la laine de roche… I selected a mélange of terre argileuse et de paille, à la manière des maisons de couleur orangée communes sur le pourtour méditerranéen. L’avantage de ce matériau est sa solidité automotive une fois sec, il peut être transporté facilement. L’inconvenient: il est assez lourd. Alors pour alléger le réchaud, j’ai mis au milieu une couche de cendre, un autre isolant naturel plus léger.

Le minifour à bois à gauche, prêt à l’emploi, à droite en development.Mathilde Bourdon

Une fois fignolé, the prototype is stocked on the bateau. Cap sur le Danemark pour le premier groupe, plus exactly sur l’île de Samsø. Je fais partie de ceux qui s’y rentent par la terre en bus (plus 20 hours de route), pendant que d’autres sont partis à vélo. Là-bas, on se retrouve pour visiter l’Académie de l’énergie. Une étape obligatoire sur cette île fonctionnant intégralementmente grace aux énergies renouvelables.

A l’subject de cette visite, c’est l’heure de l’embarquement pour le groupe (9 étudiants, 3 skippers), dont je fais partie, qui ramène le voilier en Normandie. Pendant deux semaines, l’Aztec Girl devient notre maison.

Tisane pour tous

Le départ se fait presque immédiatement pour prendre de l’avance sur la météo qui va se détériorer. Nous nous retrouvons donc vite sur le canal de Kiel, lieu de l’inauguration de mon projet low tech. Objectif : faire une tisane pour tout le monde.

Première étape: j’allume un feu dans le lobby du rocket range. Ensuite, j’attends que l’eau se mette à bouillir, et malgré le vent, ça marche! I additionally affirm l’efficacité de l’isolation, on peut toucher le réchaud sans se brûler. Je remarque toutefois que la partie isolée à la cendre laisse laisse vantage passer la chaleur. Mais c’est gratifiant d’expérimenter soi-même.

Autre mission pour moi durant la traversée : réfléchir à d’autres outils low-tech à integrer à la vie à bord. Je me heurte vite à la réalité de ce kind d’embarcation, à vocation plus touristique qu’expérimentale. A désalinisateur d’eau aurait aussi pu être intéressant pour transformador l’eau de mer en eau douce mais les quantités récoltées auraient été de toute façon insuffisantes pour sustenter l’ensemble de l’équipage.

Mathilde Bourdon sailed two weeks from the Danish island of Samsø to Caen with 8 other students from the transitions campus, an entity dependent on Sciences Po Rennes.

Mathilde Bourdon sailed two weeks from the Danish island of Samsø to Caen with 8 different college students from the transitions campus, an entity depending on Sciences Po Rennes.anelle quiniou

After analyzing the feasibility of the totally different initiatives, I made a decision to pay attention my reflection on the conservation of meals, a problematic downside on the sting, où l’on manque de place pour stocker des denrées alimentaires. Pendant la traversée, j’échange avec les skippers qui s’intéressent eux aussi à ce kind de method et me présentent leurs méthodes de conservation.

Ces partages d’expériences avec l’equipage étaient particulièrement enrichissants, autant sur le volet personnel que professionnel. Ils nous ont beaucoup aidés, mes camarades et moi, dans le developpement de nos projets respectifs. Entrepreneur une experimentation à vocation écologique, sociétale ou scientifique était une situation sine qua none pour integrer l’Ecole en Bateau.

Parallèle de mon projet sur les low tech, d’autres étudiants-moussaillons ont récolté des déchets en mer pour les revaloriser en oeuvres d’artwork ou en mobiliers pédagogiques, d’autres ont préféré étudier les puits de carbone en mer ou mesurer la composition chimique de l’eau qui peut être particulièrement polluée dans ces zones côtières surfréquentées par les navires.

Low tech bricolage workshop

Notre aventure collective ne s’arrête pas à notre retour en Normandie. After the voyage, the initiatives proceed to stay. Certains au travers d’une exposition, d’une publication d’un retour d’expérience. Pour le mien, l’objectif est de laisser un libre accès aux résultats et au mode d’emploi afin de sensibiliser aux low techs.

J’ambitionne aujourd’hui d’organiser au campus des transitions à Caen des ateliers de bricolage low tech ou de delicacies afin d’initier les autres étudiants de l’école à ces applied sciences et démocratiser leur utilisation. »

to note

When you even have a belle (ou moins belle) histoire à raconter, do not hesitate to contact us: redaction-start@lesechos.fr

Et pour lire d’autres témoignages inspirants, c’est ICI .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *