Skip to content

Passionnée de photographie, this Varoise units off on an unbelievable journey within the North Pole

All quitter pour vivre dans la nature. Loin de tout. Beaucoup l’ont revé. Charline, elle, l’a fait.

À 32 ans, cette Cuersoise, initially from Toulon, vit depuis plus d’un an en Arctique. Rien ne la prédestinait à vivre ce voyage. “lastly press snickerlâche-t-elle la voix légèrement tremblotante au bout du fil. Au fond de moi, j’ai toujours su que ma vie serait bien plus belle en milieu sauvage.

Pourtant il ya quelques années, c’est dans la musique qu’elle évoluait. Rien à voir avec le pole Nord, donc. After an album and varied tasks in electro pop, she determined to cease her carrière for her installer in Haute-Savoie. “J’y ai découvert la photographie animalière et ça a été une révélation. ” Charline at 27 years previous et c’est le déclic. La voix timide de la Toulonnaise devient tout à coup plus chaleureuse. “ My ardour pour la nature et les animaux a pu s’exprimer librement dans cette région.

Self-taught, she finit par desacrer à la photographie professionnelle pour les mariages et entreprises, “avant de faire a complete burn-out in 2020. The photograph animalière me manquait “, avoue-t-elle. Charline learns a radical choice.”Qui a change le cours de ma vie “, trust-t-elle.

Whole immersion in Scandinavia

In July 2021, à bord de son van aménagé, she turned on the street. Sans oublier are appareil photograph of her. Du jour au lendemain, elle quitte tout. she left” à l’aventure pour vivre un temps au côté des animaux, dans des situations minimalistes, là où la nature a tous ses droits “.

Course la Scandinavia. Premier arrêt pour la jeune femme: la Suède. “J’ai fait la route seule pour atteindre le pays, j’ai dormi dans une tente, en bivouac. Et pour une fois, je me suis redue compte que j’étais succesful de vivre ces choses.

Arrivée en Suède, Charline découvre des situations de vie bien loin de celle du sud de la France. Finies les journées ensoleillées, she locations à des températures avoisinant les moins 20 ° C. A choc pour certains, mais pas pour la Toulonnaise. Et pour trigger, “ so long as I fille du sud, c’est lastly le froid qui corresponde me, lance-t-elle in riant. J’ai toujours trouvé qu’il faisait trop chaud pour moi en Provence!”. Et rien de mieux that le grand froid de l’Arctique pour satisfaire la jeune aventurière.

Une vie loin de toute civilization

Lastly, she sat down. “a [sa] place et retrouve goût à la vie “. C’est loin de toute civilization qu’elle decides to parcourir le pays, pour atteindre la Norvège, où elle se trouve actuellement. Et vit avec le strict minimal. Je fais des programs pour plusieurs semaines, et tout est à disposition dans mon van. J’ai appris remark vivre dans la nature grace à des ouvrages de spécialistes de la vie en milieu sauvage. J’ai très peu de contact humain; je suis venue ici pour découvrir la nature, l’observer, loin des hommes. They’re animals and they’re free. “Bœuf musqué, rennes sauvages, chouettes éperviers et autres renards polaires prennent chaque jour la pose derrière son appareil. Elle passe son temps sur le terrain. Et laisse agir la féerie du lieu.

If she is generally seule, she doesn’t return utterly coupée du monde and crosses régulièrement sur son chemin Lionel Prado, photographere animalier qui vit la même aventure, lui aussi dans son van. “On partage nos moments, nos images et on fait le level sur notre parcours. C’est enriching.

Snowy climate, freezing temperatures and -20°C

Even when she appreciates the nice froid, Charline acknowledges that the climate situations should not toujours bearable. Pleurs, doutes, frayeurs; The {photograph} is handed by means of by intense feelings. Sans pour autant remettre en query sa présence de ella en Arctique. “C’est parfois difficile à vivre; surtout after I stroll again in a tempête, qu’il fait -20°C, qu’il ya 15cm de neige dehors, que j’ai les doigts gelés, et que j’ai peur . Je ne dis pas que tout est beau et easy; au contraire, il faut y être préparé bodily et psychologicaliquement. Dans ces conditions-là, je préviens toujours ma mère et lui donne ma place, au cas où…”.

At-elle pour autant pensé à tout abandonner pour rentrer? “By no means! By no means have the concept of ​​renting in France ne m’a traversé l’espritmartèle-t-elle. Je suis épanouie ici, je ne ressens pas l’ennui. Pour l’immediate, du moins, ma place est ici.

La suite désormais pour Charline: la réalisation d’un movie retraçant son parcours. However forward of time, she had an éclair passage within the Var, for “take again the household that few weeks earlier than returning to the dans ce qui est désormais mon chez-moi, au pôle Nord “.

A movie engaged to retrace the distinctive parks

Au fil de son voyage, Charline a eu pour envie de laisser une hint de son projet. “L’idee est d’avoir un help en plus des images et j’ai donc pensé à un movie qui sera un documentary fiction avec une voix off.”
I titled Boreal Ephemera, ce court-métrage de 26 minutes retrace l’immersion dans cette nature sauvage de Suède et de Norvège.

“Ce sera une véritable ode visuelle à la beauté et au braveness de ces êtres taillés pour affronter les pires tempêtes hivernales et un cri d’amour pour cette nature encore pure, mais ô combien fragilisée. J’y exprime mon hypersensibilité et partage mes émotions in all freedom”element the réalisatrice in herbe.

participatory financing

For finaliser son challenge, the place the second half will probably be toured from February to September 2023, Charline has launched a cagnotte on-line (1). Goal: acquire 8,000 euros for “Assurer les frais de tournage, le design sonore, le montage, l’affiche et toute la partie post-production. Une grosse partie de cette somme a été récoltée grâce à ma communauté si bienveillante et engagée”.

Automotive Charline can compter sur le soutien infaillible de ses abonnés sur les réseaux sociaux. Elle counts greater than 10,000 on Instagram, who’re her day by day. “Je suis loin du monde, mais j’ai le wifi completely partout. Je reste en lien avec mes réseaux et ces échanges me font du bien. Ça me pousse à me dépasser et faire un projet utile.”

Sensitize the plus jeunes

Très engagé, ce court-métrage a pour vocation de “Sensitize the plus jeunes à la reconnection necessaire au vivant, à travers de nombreuses interventions en écoles primaires, collèges et lycées. au changement climatique et la nature, afin de la faire aimer et protéger”point out Charline qui rappelle that “Le movie a été réalisé dans le plus grand respect des animaux et de leur intégrité. Ceux qui apparaissent dans Boreal Ephemera sont libres, sauvages, et non appâtés/appelés”.

Charline waits for an official sortie au printemps 2024 and sends dedicacer son court-métrage to her grand-parents, who lui ont transmit “Cet amour de la biodiversité. Sans eux, je n’aurais lastly peut-être by no means trouvé ma voie. Je leur dois beaucoup et mon movie leur rendra hommage, ainsi qu’à ma famille, qui a toujours cru en moi”.

.

Tags:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *