Skip to content

Les jeunes prêts à moins prendre l’avion, mais pas à l’abandonner


surei 81% of younger individuals between the ages of 18 and 35 are «prêts à changer leurs pratiques de voyage par souci environnemental ou le font déjà», in keeping with a survey by the ObSoCo carried out by Greenpeace in February 2022. From plus to plus of jeunes gens diminuent In effet leurs voyages en avion, I performed trop polluant, sans pour autant and undoubtedly renounced. “After 2020, I am not right here earlier than the aircraft and I am ready for the primary a number of years forward”, mentioned Anouk Debizet, a younger lady of 25 years.

« Je viens d’un milieu social aisé. As soon as once more my mother and father, kids, I had the prospect to catch the aircraft for aller in Tunisie, in Sri Lanka, in Canada… I used to be a beaucoup de likelihood », reprimanded Anoux, who labored with the administration attachée et of manufacturing on the maison de la tradition de Seine-Saint-Denis. «J’ai déjà eu mon plein, c’est à moi de m’arrêter parce que je fais partie des gens privileges que pouvaient prendre l’avion», in keeping with her.

ALIRE AUSSISobriété : une « nécessité » aux yeux des Français

Ces choix rappellent le mouvement né en Suède in 2018, « Flygskam » (« la honte de prendre l’avion », in Swedish) who understands the influence of air transport on the local weather change, chargeable for 2 to three% of worldwide emissions of COtwo.

In Nantes, Agathe Violain, 31 years outdated, chargeable for a troc journal, additionally discovered “three pleasures to catch the occasions to go to the area plutôt that will be a speeder to catch a aircraft to move three days overseas” , dit-elle, sans être certaine d’y renoncer définitivement pour autant.

ALIRE AUSSIMoins d’enfants to avoid wasting the planet? Le mythe malthusien a la peau dure

« Dans mon entourage, je n’ai personne qui dit à 100% : “C’est fini.” On this technology, which is elevée in mode “c’est fou de pouvoir parte où on veut, quand on veut”, et, là, on se retrouve en mode “peut-être qu’il faut arrêter”. Dire non à tout jamais à quelque selected, ça fait peur », souligne-t-elle.

Pour Armelle Solelhac, fondatrice de l’agence Swap, specialised in potential and stratégie dans le tourisme, «beaucoup de jeunes déclarent vouloir privilégier des moyens de mobilité plus doux pour préserver l’environnement».

Extra « the fact is that the president encore dans leur choix – et c’est comprehensible – c’est leurs moyens financiers » et « les billets d’avion sur certaines distances sont encore beaucoup moins chers que le practice ou un voyage en voiture », rappelle-t-elle.

“Type of self-censorship”

66% of the younger individuals who ship an different transport moyen than the aircraft ship it for his or her causes. Ils ne sont que 13% a le faire pour des raisons écologiques, in keeping with the étude de l’ObSoCo. “After Covid, the age of voyageurs sur les compagnies low value a même rajeuni”, in keeping with Armelle Solelhac.

Les « jeunes ne choisissent pas leur vacation spot in perform of l’influence écologique de leur sejour. Empreinte carbone est même le dernier critère cité dans le choix d’un mode de transporte”, in keeping with the ObSoCo who famous {that a} « petite majority de voyageurs en aeroplane (51%) declared themselves delicate to empreinte carbone de leur vol ». Pour autant, 38% des jeunes interrogados déclarent « éprouver un feeling de culpabilité lorsqu’ils prennent l’avion, et un sur cinq ressent une pression de la half de son entourage ».

ALIRE AUSSI« The way forward for humanity will depend on us, plutôt que du réchauffement climatique »

« Ils pratiquent une type d’autocensor, sur les réseaux sociaux, on ne va plus les voir sur le Tarmac ou dans des avions à côté du hublot, on va les voir en photograph directement depuis les locations touristiques », notes Armelle Solelhac. Inversely “des gens glorifient le fait de se pleasure en mobilité douce”, dit-elle en citant “a cadre qui récemment sur un réseau professionnel a mi en avant le fait d’être allé à un mariage au Maroc à vélo”.

Il s’agit de Thibaut Labey, 37 years outdated, who inhabits the Morbihan and fondé le information Chilowé, specialised within the « micro-adventure de plein air ». Le voyageur resté étonné du succès de sa publication de sur le réseau, y compris du level de vue des critiques négatives.

ALIRE AUSSIPuy du Fou : petition in opposition to the passage of an airplane lors du spectacle

Ne pas prendre l’avion «stays a fragile topic, les gens ont l’impression d’être agressés par votre démarche», dit-il. “Je ne cherche pas à culpabiliser les gens, la culpabilisation ce n’est pas un bon moteur de changement”, assure-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *