Skip to content

Du Maroc à Israël : two jeunes olim marocains racontent leur alyah

Jérémie Ohana and Noémie Oiknine on their chaleureusement accepted our invitation to Café Alma en plein cœur de Neve Tsedek to reply our questions on gentle alyah. Leurs factors communs: ils sont tous deux originaires du Maroc et âgés de 26 ans. Jérémie est né et a grandi à Casablanca, quant à Noémie, elle a vécu toute son enfance de ella à Marrakech avant de partir faire ses études supérieures en France.

Ils évoquent avec nostalgie leurs souvenirs d’enfance, la vie juive au Maroc, et nous transportent chacun dans la grande aventure de l’alyah (littéramente «la montée» in Hebrew). Retour sur un entretien chaleureux, haut en couleur et actualuel, à l’picture des rapprochements survenus récemment entre le Maroc et Israël.

Occasions of Israel : Quel a été le déclic pour faire l’alyah ?

Jeremie : Mon premier voyage in Israel. J’avais seulement 17 ans, a vrai coup de foudre. Je suis rentré chez moi et j’ai dit à ma mère: «Je finis le bac et je pars m’engager dans l’armée».

Malheureusement, les aléas de la vie ont quel peu changé mes plans. Ma maman étant très malade, j’ai decidé de partir d’abord étudier au Canada et après seulement, en 2019, de m’engager dans l’armée, au sein de la Brigade Givati ​​comme soldat combattant.

Jérémie Ohana, cérémonie de la remise du béret, in Har Qeren, in 2020. (Autorisation)

Noemie: Pour moi, il n’y a pas eu vraiment de déclic; c’est plutôt une determination qui a mûri. J’ai toujours I believed I would come as an installer in Israël however I believe le faire plus late, after an expert profession in France. However lastly, when I’ve my diploma in poche, I suis say this second or by no means. J’ai beaucoup échangé avec des gens déjà installés depuis des années et ça m’a conforté dans mon instinct.

Professionnellement, c’est plus challengeant mais aussi plus épanouissant. Alors j’ai tempted my likelihood and suis enrolled me in a program Masa d’un an.

Jérémie Ohana along with her mom, on the Corniche, in Casablanca, in 1999. (Autorisation)

Après cette expérience, je savais que la vie ici plaisait me alors j’ai effectué les démarches. Formally, je suis citoyenne israélienne depuis juin dernier.

What are your childhood souvenirs in Morocco?

Noemie: Déjà, j’ai adoré mon enfance à Marrakech mais j’ai toujours grandi en sachant que je ne reviendrai jamais après mon baccalauréat. C’était une certainty. Il n’y a pas d’avenir pour la jeunesse juive, ni pour la jeunesse en général. J’ai le memento que memento les dimanches avec ma famille, on se rendait au saint.

« Chaque année, pendant Kippour, the roi surrenders to Beth-El to Casablanca to obtain the blessing of the chef de la communauté juive. »

Au sein de quoi?

Noemie: No, au saint! Au Maroc, il ya beaucoup de tombes de rabbins ou tsadikim (plus 600 tombes dans tout le Maroc), qui donnent lieu à de nombreux pèlerinages. Sinon, je garde de bons souvenirs de mes années au lycée français.

Jeremie : In reality, j’ai toujours été dans une école juive. Mais jusqu’à mes 11 ans, c’était mélangé, juifs et arabes. Mes souvenirs d’enfance, ce sont les cours de Torah avec mes comrades Muslims. Je me souviens de leur implication. Ils connaissaient tous les grands penseurs juifs Rashi, and many others. On était tous copains, on mangeait ensemble, on jouait au foot ensemble.

Casablanca, École primaire Narcisse Leven, spectacle de Pourim, in 2001. Jérémie Ohana is déguisé in Zorro. (Authorization)

De très belles années au Maroc. Jusqu’à mes 15/16 ans, le Maroc c’était le meilleur pays du monde, je ne peux même pas décrire à quel level c’était incroyable.

Le beau temps, toute l’année, tu grandis, tu es avec les copains. Mais lorsque tu te rends compte, vers 15/16 ans, qu’il n’y a pas de futur, you start to réfléchir.

Tu as été élevé depuis ton enfance à choisir ton pays d’accueil, mais personne ne sait vraiment te conseiller automobile tout le monde est resté au Maroc.

Noémie Oiknine along with her grand-mère Zary and her soeur Clara within the household home, Quartier Targa, in Marrakech, within the years 2000-2001. (Authorisation)

Qu’est-ce qui est specifique aux juifs marocains ?

Jeremie : The connection between the Moroccan juifs et le roi. Chaque année, pendant Kippour, the roi surrenders to Beth-El to Casablanca to obtain the blessing of the chef de la communauté juive. Les juifs marocains sont à la fois reconnaissants et respectueux envers la police marocaine. Pendant les fetes juives, Rosh Hashana, Souccot, les policiers sont chaleureusement accueillis et reçus dans la communauté. C’est également le seul pays en dehors d’Israël qui dispose de un tribunal rabbinique pour régler les différends au sein de la communauté juive (elle est appelée désormais chambre hébraïque du fait de la baisse de la inhabitants juive.)

André Azoulay, Councilor for Mohamed VI, speaks to the Discussion board “Morocco-Israel: Connect with Innovate” in Casablanca, Could 23, 2022. (Credit score: SNC)

Noemie: Je confirme, et je crois que l’exemple le plus frappant pour illustrer cette proximité entre la communauté juive et le roi, c’est le titre de conseiller du souverain. André Azoulay occupies the publish of councilor du souverain since 1991, sous le roi Hassan II puis sous Mohammed VI, le roi presentuel. Et, je rajouterai dafina.internet ! Tout marocain qui se respecte go well with les actualités sur ce web site. Plus sérieusement, c’est une petite communauté (environ 3 000 individuals dans tout le Maroc) qui bénéficie d’une bienveillance ancienne et naturelle.

On se despatched en sécurité tant que juif au Maroc ?

Jeremie : Je vais vous raconter ce memento qui à mon sens illustre parfaitement le sentiment des juifs au Maroc. When the roi Hassan II is lifeless in 1999, j’avais 4 ans. Mes mother and father ont fait leurs valises, et je leur ai demandé pourquoi. Ils m’ont répondu : «si le nouveau roi n’aime pas les juifs, on s’en va. ». I believed that ça veut tout dire, tout est bien pour l’on the spot mais on ne sait jamais à qui on aura à faire.

Noemie: Tout d’abord, j’étais un peu isolée de la communauté, j’ai fait toute ma scolarité dans une école non juive. J’ai le memento d’un garçon à l’école, qui à chaque fois que je passais dans les couloirs, disait me en arabic « alyahudia » اليهودية (in français la juive). Encore aujourd’hui, je ne me souviens pas de son visage de él, je l’ai effacé inconsciemment de ma mémoire de él. Mais, je me souviens du jour des résultats du bac, il me l’a répété à nouveau.

Moroccan demonstrators brûlent an Israeli material throughout an indication in Rabat, on September 9, 2022. (Credit score: Fadel Senna/AFP)

De manière générale, l’antisémitisme au Maroc crosses all of the social courses with out exception.

Remark est perçu Israël au Maroc ? Anti-Zionism and anti-Semitism are the improper ones?

Noemie: As j’étais marocaine, je prenais les cours d’arabe avec all les Marocains au lycée. Souvent, je me suis retrouvée en classe et j’entendais « vive Gaza, mort à Israël » et d’autres remarques du même style. Mais, je ne veux pas faire de généralités, j’ai aussi plein d’amis qui savent que je suis en Israël et qui sont très heureux pour moi.

Jeremie : I’ve not raised anti-Semitic remarks straight, however there’s a memento of a Barça-Actual Madrid match in a billiards. Sur l’écran, on voyait plein de drapeaux d’Israël, les spectateurs ont started à jeter des bouteilles sur la télévision. When they’re retournés and m’ont vu, they m’ont say “désolé” in Arabic. C’était une scene affligante. In talking encore de soccer, in the course of the Coupe du Monde au Qatar, the official photograph of the Maroc workforce a été prize with a palestinian drapeau et non avec celui du Maroc. Ça a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Les joueurs du Maroc célèbrent avec un drapeau palestinien à la fin du match de soccer des huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et l’Espagne au stade Schooling Metropolis à Al-Rayyan, à l’ouest de Doha, December 6, 2022. (Credit score: Glyn KIRK / AFP)

Remark s’est déroulée l’intégration en Israël ?

Noemie: Je suis toujours en cours d’intégration mais par portport à la France le choc culturel est moins fort. Par contre, Israël, c’est un peu un choc tous les jours! Chaque jour, ici, tu ace de nouveaux challenges: la langue, la bureaucratie, le manque de la famille… Really, je vais à l’oulpan (cours d’hébreu) ​​en sortant de mon travail. Quand je dis aux Israéliens que je viens du Maroc, ils sont toujours étonnés. Souvent, ils me demandent si par hasard je ne connais pas quelqu’un de leur famille, une fois il s’est avéré que je connaissais vraiment la personne! La vie est beaucoup moins predictable qu’en France ou au Maroc, mais c’est ce qui me plaît.

Jeremie : Pour moi, l’intégration a été vraiment facilitée. Tout d’abord, le Maroc et Israël ont beaucoup de choses en commun: le climat, la chaleur humaine… Mais l’intégration s’est bien passée grâce à l’accueil honest des Israéliens. After I began mes entrainements de base à l’armée, je n’avais pas le temps de m’installer dans mon appartement, je n’avais no furnishings. Mon mefaked (terme à l’armée pour designer son chef) a appelé des gens qui vivaient dans ma ville, et tout le voisinage m’a donné des furnishings pour aménager mon appartement. Où tu vois çà, à half en Israël ?

Qu’est ce qui est le plus différent entre Israël et le Maroc ?

Jeremie : filles them. Sans rire, de voir toutes les filles en bikini à Tel Aviv seules sur la plage, c’est une scene inimaginable au Maroc. Le Maroc is a three-conservative nation. If you go d’un pays où l’on fait l’appel à la prière cinq fois par jour à la Homosexual Pleasure à Tel Aviv, ça fait un choc tout de même. Je sens vraiment que je vis dans un pays beaucoup plus liberal sur la query des mœurs.

Round 250,000 individuals take part within the annual parade of the Homosexual Pleasure in Tel Aviv, on June 8, 2018. (Miriam Alster/ Flash90/File)

Additionally, le coût de la vie. Au Maroc, with round 6/7 shekels (soit 15 dirhams), I can get a taxi simply exterior the city. La vie est très chère en Israël.

Noemie: Pour moi, le most exceptional c’est le sentiment de ne plus être une minorité. Et c’est vrai qu’en tant que jeune fille, j’ai une liberté incroyable à Tel Aviv. Je marche toute seule, je vais à des cours de zumba sur la tayelet. Je ne suis jamais sortie seule au Maroc donc j’apprécie énormément cette liberté.

«Je ne suis jamais sortie seule au Maroc donc j’apprécie énormément cette liberté. »

Les Accords d’Abraham ont-ils changé quelque selected à votre vie?

Jeremie : Le vol direct Maroc-Israël, c’est plus pratique quand même ! Sinon, je connais des copains qui viven encore là-bas et qui pensent à ouvrir des eating places kosher pour le tourisme israélien qui se developpe quickly.

Cérémonie célébrant le 2e anniversaire de la signature des accords d’Abraham entre le Maroc, les États-Unis et Israël, à Rabat, le 22 decembre 2022. (Credit score: @sharakango / Twitter)

Noemie: J’estimate that les accords ont permis de faire évoluer les mentalités. Ça va pousser les Marocains à venir visiter Israël, je pense. Ça va également permettre à la communauté juive de s’agrandir un peu, des Israéliens von venir s’installer pour des raisons professionnelles, pour venir surfer au Maroc, and many others…

Et pour la petite histoire, mon grand-père était un agronome très actif dans les mouvements Zionistes dans les années 40. Il formait les juifs marocains venus s’installer en Israël à l’agriculture. Aujourd’hui, je travaille en Enterprise Capital, dans un fondes d’investissements pour les start-up. Et selected incroyable, the start-up premiere in laquelle nous avons investi is an Israeli start-up in Agro-Tech who’s implanted in Maroc. Mon grand-pere n’aurait jamais pu imaginer une telle selected! Il quelques années, une telle relation et coopération économiques n’auraient pas été envisageables.

A LIRE : La paix avec Israël et la loi agricole juive ont fait fleurir les etrog au Maroc

A message pour les jeunes juifs marocains ?

Noemie: A suggestion, come faire ses études en Israël. Les jeunes n’y pensent pas forcément alors qu’Israël est reconnu mondialemente au plan académique.

Jeremie : Profitez de vos belles années au Maroc. Tout le monde n’est pas fait pour venir en Israël mais en général les Marocains sont bien armés pour relever le défi de l’alyah!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *