Skip to content

Dans le pays de Quimperlé, faute de logement, ils vivent au tenting – Quimperlé



Within the campsite of Baye, « À l’abri de l’océan », the car parking zone is open. Les lieux sont étrangement animés durante cette période automnale. C’est le matin november 19, Nathalie Lemée is current on the accueil du tenting. Tous les mobile-homes des lieux sont occupés et le seront sans doute jusqu’à mars, date à laquelle, les locataires ont pour consigne de lever le camp pour laisser place à la saison des mariages. Based on the homeowners, Sandrine and Nathalie Lemée, c’est le deuxième hiver que la demande est aussi forte à cette période. « On est la answer de secours pour plein de gens qui ne trouvent pas de logement. Tous travaillent à côté. L’hiver, c’est quan même énergivore de vivre dans un mobile-home mais les gens ont un toit et des murs, c’est toujours mieux qu’une tente », soupire la gérante.

« J’ai même tempté de surenchérir en proposer des loyers au-dessus »

Parmi les locataires de longue durée, il ya Michaël et Caroline. Ils ont quitté Quiberon pour le pays de Quimperlé. Ils sont au campsite depuis october. « Notre enfant est en études dans le secteur. On ne voulait pas qu’il aille à l’internat. On cherchait une maison depuis mai. Lastly, on an arrêté de chercher pour faire I’ll construct à Clohars-Carnoët », defined the couple. Même s’ils trouvent que la vie en résidence cellular est selon leur description «un peu humide», les Quiberonnais trouvent que la vie est assez sympa à Baye. La bonne nouvelle du jour pour eux: ils ont enfin décroché une location. «On serait bien resté jusqu’à la fin de la construcción mais on devra partir en mars de toute façon», rappellent-ils.

The campsite « À l’abri de l’Océan » à Baye est plein pour l’hiver. (Le Telegramme/Pauline Le Diouris)

Dans une allée parallèle, Lucie, mère de quatre enfants est dans la même state of affairs que Michaël et Caroline. Avec son mari de ella, ils ont quitté le sud de la France fin août. «Je suis une ancienne militaire. Déménager, j’ai l’habitude. Je suis très organisée », precise-t-elle en préambule. Celle qui s’est reconvertie dans l’immobilier n’a pourtant pas réussi à trouver un lieu où poser ses cartons de ella. « Je cherche depuis des mois. J’ai même tempté de surenchérir en proposer des loyers au-dessus de ceux qui étaient demandés. However when on this face à des dizaines de dossiers… », she sums up cette dernière. Elle était pourtant prête à faire des concessions: que ses quatre enfants de ella âgés de 5 mois à 13 ans partagent une chambre. Lastly, the household discovered refuge in a mobile-home on the Baye campsite. «C’est trop petit. Ma fille de deux ans a besoin de bouger. On goes aller chez ma belle-mère en attendant. On s’est résolu à faire I’ll construct. »

le camping
The campsite « À l’abri de l’Océan » à Baye est plein pour l’hiver. (Le Telegramme/Pauline Le Diouris)

« On a dizaine de personnes qui séjournent ici suite à une separación »

Encore un peu plus loin, Florian, jeune papa d’une trentaine d’années, a installé quelques petites affaires pour personnaliser les lieux. Le resta de ses affaires de él est stocké chez son frère de él. « Ce n’est pas chez moi mais j’ai contributed the minimal pour ma fille. Pour quand je l’ai », clarify him celui qui s’est récemment separé. I additionally amené un radiateur à bain d’huile. « Les chauffages du mobile-home consomment beaucoup. » At CDI, he’s searching for an appartement after these weeks. « Pour chaque annonce, il ya 200 calls for. Et puis, il faut voir les loyers qui ont augmenté. Ça devient hors de prix ».

For Nathalie Lemée, Florian’s profile is price it. «On a dizaine de personnes qui séjournent ici suite à une separación. Ce n’est déjà pas facile de trouver un logement alors quan il en faut deux… »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *