Skip to content

Cyclo’livres – Activate the route, a historical past of the voyage à vélo

I printed him11/18/2022a9:30 a.m.

Alexandre Schiratti, nous livre une imaginative and prescient du voyage à vélo à travers ses pionniers. Nous y découvrons que les femmes se sont appropriatees le vélo comme helpful d’émancipation.

L’auteur est geographe des transports et de l’environnement. Intrepid bike owner, il parcourt régulièrement les routes de France et d’Europe. Il retrace dans son livre, l’histoire de la grande épopée de la bicyclette, des vélocipédistes voyageurs intrépides à nos jours, tout en évoquant les escapades de Zola dans la campagne proche de Paris et les voyages clandestins de Simone de Beauvoir et de Jean- Paul Sartre sous l’Occupation.

Un beau chapitre est dedié à Paul de Vivie, dit Vélocio, le chantre du cyclotourisme.

Un livre agréable à lire. À offerr ou à s’offrir.

Chronique de Carmen Burgos difficulty of the revue Cyclotourism n°728 of November 2022.

Please verify again the presentation of books, romans and albums, below the heading « Cyclo’Livres » of the journal Cyclotourismthe official overview of the fédération française de cyclotourisme.

sensible information

  • Editions : arkhe
  • Pages : 260 pages
  • Format : 13x20cm
  • Partition : August 2022
  • ISBN: 9782918682578
  • Worth : €19.50 (paper) – €11.99 (book)

I met Alexandre Schiratti, writer of the guide Activate the Route – A historical past of crusing journeys

Quel est votre rapport au vélo, remark avez-vous débuté ?

Comme beaucoup de Français, j’ai eu la probability d’avoir été initié assez jeune au vélo. Très tôt cela a représenté pour moi une manière d’augmenter la floor de mon terrain de jeu, ma ville d’abord, puis le monde. Enfant, our partitions avec mon pere faire des balades de quelques heures sur les petites routes sinueuses des Corbières, je me souviens d’un mélange de fierté de parcourir all ces kilometers à la seule pressure du mollet et l’émerveillement devant ces somptueux paysages de garrigue. Tous les ans, mon pere traversait la France pour se rendre à vélo sur notre lieu de vacances, et plus tarde, ça a été mon tour de prendre la relève. Afterwards, I by no means stopped.

Mais mon premier rapport au vélo reste avant tout utilitaire. Je l’utilise au quotidien pour me déplacer en ville, avec chaque matin le plaisir intact de pedaler de chez moi à Paris, le lengthy du canal de l’Ourcq ou des bords de Seine.

Votre plus beau voyage à vélo?

Sans aucun doute ma première traversée de la France, de Paris aux Corbières, par le Massif central, avec des étapes d’une centaines de kilomètres per day. À l’époque peu entraîné à de telles distances quotidiennes, sur un vélo trop petit pour moi, j’ai quickly été pris de nombreuses douleurs entravant ma development. À la pressure du psychological, je réussissais pourtant chaque matin à repartir et à me laisser surprises au fil des étapes, oublier la fatigue et être saisi par la beauté des landscapes qui évoluaient au gré de l’effort. Je m’en souvenirs comme d’une expérience fondatrice.

Votre histoire personnelle est proche de la philosophie de la Fédération française de cyclotourisme: «À vélo, tout est plus beau! ». You susceptible to contemplation and discovery greater than efficiency. Quelle est votre imaginative and prescient du vélo?

Il n’y a pas de pratique du vélo with out a minimal of bodily effort, it’s à mon sens essentiel pour accéder à un sure état méditatif propitious à la contemplation. C’est ce mélange que j’aime, la tête et les jambes. Émile Zola, passionate bike owner, dissait à ce sujet : « J’aime la bicyclette pour l’oubli qu’elle donne ». After I converse of effort, I don’t converse essentially of souffrance, greater than a goût du dépassement de soi, récompensé par l’arrivée en haut d’un col, the imaginative and prescient of a panorama, a bon repas, or a easy evening of sommeil sous la tente.

The second selected that j’aime dans le vélo est la possibilité de voyager en totale autonomie. Le voyageur à vélo ne consomme pas de pétrole, ne fait pas de bruit, ne laisse pas de traces et comme disait le philosophe Ivan Illich « N’empiète pas sur la mobilité des autres ». C’est à mon sens une important situation pour être dans un rapport privilegié à la nature et au monde.

This autonomy doesn’t essentially imply solitude, bien au contraire. Elle permet, plus que tout autre mode de voyage, reunited her. J’ai pu le verificar lors de mes nombreux périples, les cyclotouristes sont toujours très bien accueillis par leurs hôtes et les réseaux d’hébergement solidaire tels que couchsurfing or heat showers permettent souvent des rencontres inoubliables.

What’s the genesis of your free?

Géographe et spécialiste de l’alimentation et des mobilités, j’ai beaucoup étudié l’évolution des transports urbains et interurbains à travers le temps, dans leurs points plutôt utilitaires. J’étais à titre personnel très curieux de connaître les origines d’une pratique loisir du vélo.

Or, s’il exists une littérature plethorique sur le cyclisme sportif et les récits de voyage, j’ai été surprises qu’il n’existe no ouvrage de référence destiné au grand public sur ce sujet.

Au vu du regain récent de la pratique cycliste, j’avais le presentiment que le voyage à vélo n’était pas merely un loisir ordinaire mais bel et bien un fait culturel à half entière, avec ses grandes figures, ses codes, son vocabulaire, sa philosophie. C’est cette tradition que j’ai voulu consigner dans mon livre et offerrir au plus grande nombre, afin de satisfaire la curiosité des cyclistes passionnés comme des simples curieux.

Votre livre s’intitle « Take the route – A historical past of voyage à vélo » have you ever chosen voluntarily the prism of pioneers et du militantisme, pourquoi ce choix ?

Il semblait intéressant de faire revivre les grandes épopées fondatrices du voyage à vélo, de la grande traversée des frères Olivier en 1865, sur leur vélocipède en bois d’une trentaine de kilos, au premier tour du monde par Thomas Stevens en 1884 sur son grand-bi.

Mais j’ai également souhaité parler de tous les voyageurs nameless à travers les âges qui constituent le gros des troupes, essayé de savoir qui sont-ils, pourquoi voyagent-ils, quels sont leurs imaginaires, ce qu’ils disent respectively de leurs époques . Le militantisme n’est jamais très loin et j’ai été surprises à quel level la préoccupation écologique était importante dans les écrits des primers cyclotourists. Ils explicent clairement vouloir s’échapper des villes, fuir la air pollution et face à l’aliénation de la vie urbane retrouver du sens en pédalant, au plus proche de la nature, des sujets toujours d’actualité plus d’un siècle plus tarde.

Comme nous le découvrons dans le livre, le voyage à vélo ne date pas d’aujourd’hui et sure étaient des «influenceurs» ou «blogueurs» bien avant l’avènement des réseaux sociaux. Pouvez-vous nous donner quelques examples ?

Raconter l’histoire du vélo, c’est raconter en quelque sorte une histoire du capitalisme industriel avec l’essor du advertising and marketing, de la communication, de la «réclame» comme on disait à l’époque.

Les primers promoters du voyage sont les fabricants eux-mêmes, que testent leurs improvements, recruit les sportifs les plus en vue et racontent abondamment leurs exploits dans les revues spécialisées. D’others sponsoring des aventurières et aventuriers, c’est le cas d’Annie Londonderry, first voyageuse à complirir un tour du monde en 1894, sur sa bicyclette Columbia lined d’encarts publicitaires. Les récits de voyage, accompagnés de leurs gravures puis de nombreuses images complètent l’attirail du parfait voyageur. Il ne s’agit pas seulement de pedaler mais de le faire savoir et d’expliquer aux autres quelle est la bonne manière de voyager. Dans ce sens, les revues spécialisées auront un impression determinant dans la propagation de la pratique.

You might have by no means been licensed in a membership and subsequently you could have a very good understanding of the life and work of Paul de Vivie alias Vélocio. D’où vient cette ardour ?

J’avais vaguement entendu parler de Vélocio avant de m’attacher à l’écriture du livre. J’ai découvert le personnage et l’significance de ce dernier grâce à la formidable Historical past of Cyclotourism et à la biographie du regretté Raymond Henry qui lui est consecrée.

Plus late, j’ai eu l’event d’avoir accès aux premiers numbers of the revue the bike owner, based in 1886, où il expose en détail sa pensée et sa imaginative and prescient du cyclotourisme. His commandments are greater than ever d’actualité. In plus d’être un indefatigable entrepreneur et d’avoir posé les bases des constructions nationales, il était poète à ses heures perdues de él et j’ai voulu lui rendre hommage en partageant dans mon livre quelques-uns de ses plus beaux textes de the.

Dans votre livre, il est fait une grande half à la place des femmes dans le vélo et dans le sport. Vous citez des examples relationship from the tip of the 12 months 1800, do you discover that they selected ont suffisamment évolué ?

Lorsque la bicyclette s’industrialise et devient accessible à toutes les lessons sociales, une moitié de l’humanité en est toujours privée automotive contrainte de porter des corsets, de longues jupes entravant leur liberté de mouvement incompatibles avec sa pratique. She is on the coronary heart of the revendications of the primary feminist actions of the time, in addition to docs vélophiles et vélophobes s’écharpent pour savoir s’il faut in line with sa bénédiction à la pratique du vélo au féminin.

Ces debates sont heureusement loin derrière nous. There stays, nonetheless, a fantastic disparité within the pratiques et s’il n’existe pas de frein légal ou securitaire au cyclotourisme féminin, il reste aujourd’hui largely minority.

D’ailleurs sur la coverture du livre, we found an illustration representing a tandem piloted by a lady. S’agit-il d’une provocation or d’un acte militant?

J’ai la probability d’être édité dans une très belle maison (Arkhê), où chaque livre fait l’objet d’un soin tout particulier, dans le fond comme dans la forme.

Lorsqu’avec mon éditeur, nous avons reçu de notre illustratrice la proposition de couverture, nous avons tout de suite noté ce qui pouvait sembler as une approximation historique, une femme pilotant un tandem. Nous trouvions cependant le renversement intéressant, après tout pourquoi pas, this configuration a probablement déjà existé même si nous n’avions rien trouvé de tel dans les archives. Nous avons donc determined to protect this funding des normes as a discreet clin d’œil à la liberté, fil rouge de notre récit.

Interview : Jean-Pierre Giorgi – Visuel de couverture : DR – Éditions Arkhê

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *